La « cagole ». Cette fille mythique du Sud est, selon le dictionnaire des Marseillais du monde, une « fille de mauvais genre, d’allure vulgaire ». La cagole est 100% made in PACA et sa principale caractéristique réside dans le fait d’associer bon goût vestimentaire et maquillage tendance. Le tout donnant naissance à une catégorie de femmes très distinguées. Cependant, l’habit ne faisant pas le moine, je peux vous assurer qu’une cagole peut en cacher une autre.Étant profondément amoureuse de mon pays, je me fais régulièrement des shoots de LOL en matant ce dictionnaire bien plus efficace que certains champignons. Semaine dernière, je vais donc chercher ma dose et je m’attarde là dessus :

Définition du Dictionnaire des Marseillais du Monde

Je me rends alors compte que la botte à franges est considérée comme un accessoire de cagole. NO WAY, je décide d’entreprendre un petit recadrage sur la définition de « cagole ».
En effet, tout comme il existe des blonds cendrés, des blonds dorés ou des blonds polaires, il existe différentes nuances de cagole. Parce que oui, je pense qu’Isabelle Marant serait plutôt moyen d’accord pour qu’on associe ses it-boots à la cagole de base.

(Ceci n’est pas une cagole)

Pour ce faire (le recadrage), j’ai organisé mon propos en cinq catégories. Cinq nouvelles nuances toutes plus brillantes les unes que les autres.

Voici donc la collection 2011 des cagoles : la cagole « classique », la chagasse, la swagole et la swagasse. La cinquième étant la « cagole malgré elle », celle qui n’est en rien une cagole mais que les ignorants et les coincés du cul appellent vulgairement « cagole » parce que tout ce qui sort de leur pauvre style à eux leur fait peur.

La cagole

La cagole c’est cette fille vulgaire et provocante qui affiche un look dépourvu de toute sobriété. C’est simple : chez la cagole, l’élégance est aussi peu présente dans l’allure que la quantité de tissu l’est sur le corps. Son look improbable en a fait une légende. Résille, couleurs fluo et créoles en plastoque maxi king size, la cagole a vraiment très peu de considération pour son image. Elle assume totalement ses débardeurs bleu turquoise et expose fièrement ses bretelles de soutien gorge en arborant des hauts bustiers de toute beauté. Marcher sur le fer de ses talons est un devoir qu’elle honore pour le plus grand bonheur de tous. Et concernant le maquillage, la cagole est une adepte de la pensée disant qu’au plus t’en mets, mieux c’est.
De la cagole, on apprécie surtout sa façon de communiquer. Car la cagole ne parle pas, elle GUEULE. On devrait d’ailleurs dire « gueuler comme une cagole » et pas « gueuler comme une poissonnière ». Elle peut pas test la poissonnière.
Pour vous faire une idée de l’élocution typique de la cagole, je pourrais vous dire que c’est uneuh filleuh qui parleuh commeuh ça tia vu, uneuh cagole elle djit « je suis allée au coiffeur » et elle fait les boutchiques rue de Rome. Ouais freinchement la cagole c’est pas juste une caricatchure des Chevaliers du Fiel, c’est la verité tia vu.

Cependant, tout ça est ancré en elle. C’est culturel, limite génétique. On ne peut reprocher à la cagole ces choses qui nous donnent, à nous, envie de vomir. Ou de rire. Ou de nous arracher les cheveux. La cagole est ridicule mais elle ne s’en rend pas compte peu chère.

La chagasse

Bon en gros, la chagasse c’est une cagole, mais en plus pute. De la bonne chaudasse qui a bien le feu au cul. Autant chez certaines la chagasserie est innée, genre c’est normal de coller ses seins sous le nez des mecs en boite, autant chez d’autres, on se demande ce qui leur passe par la tête… Et encore, si la chagasse était gaulée comme une déesse, on pourrait l’excuser de faire la belle. Mais non, elle n’est pas très gracieuse la chagasse. Grasse tout court à la limite…
C’est sur la bouche des chagasses que l’on trouve généralement le plus de contours de lèvres. Ce maquillage hors du temps composé d’un bon trait de crayon noir -marron foncé A LA LIMITE, quand vraiment y a recherche de discrétion- et d’une bonne dose de rouge à lèvre. Le tout recouvert généreusement de gloss. Mais bien quoi, aussi généreusement qu’on recouvre une tartine de Nutella.
Enfin bon, retenons que le but premier de la chagasse est d’amortir le shopping du samedi en allant, le soir même, brancher du gadjo jusqu’à ce que baise s’en suive.

La swagole

Alors la swagole elle, elle a un truc. Parce que la swagole, elle nous sort peut être par les yeux de la tête mais au moins elle est swag. C’est genre la nénette qui se la pète MAIS avec style, celle à qui on aurait envie de mettre des grosses claques dans les dents MAIS dont on jalouse tout de même le physique parfait et les bijoux Ginette.
Dans le langage familier, on pourrait dire que la swagole est une « merdeuse » (avec tout l’amour et l’affection que je lui porte). La swagole est jeune, entre 15 et 17 ans (voire 18), mais ressemble déja à une femme.  Elle déambule avec nonchalance, tel un mannequin sur tapis rouge, et porte minimum 1000 € de matos sur elle (panoplie de base : sac Darel, boots Uggs ou Ash, iPhone).
Élément distinctif de la swagole : elle tient un casque Momo Design à la main et se rend en « cours » fringuée comme la fille du Comptoir des Cotonniers, son petit cul de 36 posé sur un Vespa que même moi, riche, je n’achèterais pas (car le Vespa est ROSE).

La swagasse

La swagasse est en fait une chagasse de podium. Elle est grave lookée. Grave bonne aussi. La swagasse est un paradoxe. A priori, c’est une nana plutôt cool. Mais manque de bol, elle a beau avoir une garde robe d’enfer et être über gentille, elle fait pute. Y a rien à faire, la swagasse ressemble à tout sauf à une fille bien. On se demande si elle le fait exprès ou si elle subit une force maléfique mais visiblement elle n’a d’autre choix que d’associer les fringues les plus subjectives quand elle s’habille. « Oh ben mince alors ma jupe est vraiment très courte, j’aurais dû penser à en mettre une de plus de 10 centimètres de long. *rire niais* ». La swagasse est too much mais attention, il faut se méfier de la swagasse qui dort…

La cagole malgré elle

Celle là est cagole à l’insu de son plein gré la pauvre. Genre elle a rien fait pour mais elle se fait quand même traiter de cagole non dé diou! Parce que pour certains, quand on est une fille, qu’on vient du Sud et qu’on porte du rouge à lèvre, on est une cagole. Tu es une fille et tu vis en PACA? T’es une cagole. Tu as un accent quand tu parles? T’es une cagole. Quoi?, tu ne tires pas la tronche chaque jour que Dieu fait? T’es une CAGOLE.
La cagole-malgré-elle s’amuse de ce cliché. Elle les trouve mignons finalement, ces racistes du Sud, ces misogynes de comptoir…
Il faut donc ouvrir ses chakras et faire fi de sa haine pour l’OM. Toutes les filles du Sud ne sont pas des cagoles.

photo : Eloge des cagoles (Editions Broché) et Isabelle Marant

Publicités